Réforme retraite, qu’est-ce que la compensation de la pénibilité ?

La compensation de la pénibilité est l’un des volets les plus importants de la réforme de la retraite de 2010. Proposée par les membres du gouvernement lors des débats, la pénibilité a été admise pour compenser les éventuelles inégalités qui peuvent exister entre les salariés. Les initiateurs ont également pensé que cette mesure incitera les chefs d’entreprises à améliorer les conditions de travail de leurs employés pour qu’ils restent beaucoup plus longtemps.

Mieux comprendre le fonctionnement du dispositif

Certains travailleurs sont confrontés à des facteurs de pénibilité qui, à la longue, sont susceptibles de dégrader leur état de santé : grâce à la réforme de la retraite de 2010, ils peuvent, sous certaines conditions, faire une demande de retraite à 60 ans. Sont considérés comme des facteurs de pénibilité les fortes contraintes physiques, les travaux répétitifs et particulièrement usants, les environnements agressifs pour le corps, certains rythmes de travail et encore d’autres. Seuls les responsables peuvent évaluer et valider la demande de retraite anticipée pour cause de pénibilité. Il faut noter que les assurés qui bénéficient de la compensation de la pénibilité profitent du taux plein bien qu’ils n’aient pas cumulé un nombre de trimestres suffisant. Ils toucheront donc une pension de retraite sans décote.

Quelques conditions pour en bénéficier

Pour pouvoir prétendre à une retraite anticipée pour cause de pénibilité, l’assuré doit avoir des usures physiques causées par les conditions de travail subies pendant plusieurs années. Si son taux d’incapacité est supérieur à 20 %, la retraite pour compensation de pénibilité et la pension à taux plein lui sont immédiatement accordées. S’il ne présente qu’un taux d’incapacité de 10 à 20 %, son dossier doit d’abord être évalué par une commission médicale qui tranchera si le facteur et la durée d’exposition indiqués peuvent être considérés comme une pénibilité. En général, il faut qu’il ait travaillé dans les mêmes conditions pendant au moins 17 ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.