Mon fils a 30 ans et je le materne, comment arrêter ?

senior-famille-enfants

Eléonore a trois enfants, tous jeunes adultes. Le « petit dernier », 21 ans est complètement autonome et a toujours voulu quitter le cocon familial dès l’obtention du bac. Emilie, 24 ans vit en couple à 300 km de Papa – Maman et Matthieu, l’aîné – presque trentenaire – fait toujours le va-et-vient entre la maison familiale et son appartement en ville.  Eléonore s’occupe de son linge, de ses repas, de ses rendez-vous, partagée entre le plaisir de retrouver son « bébé » et l’inquiétude de le voir si dépendant d’elle, si peu débrouillard. Situation vécue ? Ne désespérez surtout pas, osez couper le cordon pour son bien et le vôtre.

S’occuper de son enfant, quoi de plus normal, quand il a 1, 10, 15 ans ? Mais quand il est à l’âge adulte et qu’il ne sait ou ne veut rien faire, il y a un petit souci ! Il est toujours temps de mettre un terme à cette infantilisation sans limites, et de prendre le taureau par les cornes.

On lui fait comprendre qu’on ne peut plus continuer ainsi

A force de vous rendre disponible pour votre enfant adulte, qui est en pleine forme et qui a toutes ses facultés mentales, Dieu Merci, vous allez vous épuiser à la tâche ! Et surtout, vous ne l’aidez pas. Alors, acceptez de tout lâcher, en douceur. Sans vous culpabiliser, car une maman pense toujours bien faire par amour, parlez ensemble de ce qui a pu provoquer cette situation. Vous l’avez surprotégé quand il était petit ? Vous avez tout fait à sa place ? Il n’est jamais trop tard pour lui d’apprendre et surtout, il n’y a pas de honte de mettre la main à la pâte, même sur le tard.

On ne joue plus à la super maman, toujours prête

Vous avez toujours donné cette image de maman douée en tout, en cuisine, couture, nettoyage… un peu maniaque même, au point de faire des remarques sur ce que font les autres… Ha, ha, et si tout venait de là ? Il a peut-être tenté de faire mais il a essuyé des critiques ? Retirez-vous en toute sincérité, cet acte nécessite énormément d’amour et de compréhension. Dites-vous que c’est toujours pour le meilleur, pour son avenir, pour qu’il puisse enfin prendre son envol.

On rééquilibre tout

Croyez-vous qu’en pensant à sa place et en faisant tout pour lui, vous le valorisez ou au contraire, vous étouffez ce qui doit croître en lui ? Vous avez la réponse : vous le maintenez dans une situation de dépendance qui ne le fera sûrement pas croître.  Espacez les coups de fil, contentez-vous de petits messages. S’il a l’habitude de venir tous les week-ends, prétextez une escapade, une invitation. Et surtout, acceptez qu’il se trompe. Pas de reproches, que des encouragements, que des rires et fous rires s’il crame son repas ou si son jean a coloré tous ses t-shirts blancs. Un jour, il vous surprendra… agréablement 😊.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.